Le sexe de la cacahuète

J'avais dit que je revenais rapidement, c'est ça, n'est-ce pas ?!

 

J'avais même eu la présomption d'affirmer que pour autant me faire chier - non mais là c'est pour la rime interne, c'est pas contre le bébé - la cacahuète en préparation était forcément une fille !

Eh bien raté, sur tous les plans. Je vous ai tout d'abord laissé en plan - il faut dire que j'ai été bien occupée, je vous raconterai, mais ne soyez pas pressés, vous avez l'habitude maintenant - et en plus ce n'est pas une minette mais un minot qui me torture.

 

Oui, qui me torture, parfaitement, et je pèse mes mots, tout comme lui pèse dans mon ventre, de façon de plus en plus évidente dorénavant. Ceci dit, il aurait du mal à inverser la tendance maintenant, c'est sûr...

 

Parce que ne pas pouvoir dormir pendant près d'une heure et demie quand Môssieur fait du foot, ou du karaté, ou n'importe quel sport on s'en fout, le sport c'est pour les hérétiques - non j'aime pas le sport - alors là oui, c'est de la torture. Purement et simplement.

 

Tout ça pour dire que nous sommes très heureux, Monsieur grenouille, Thibault et moi-même d'accueillir notre futur petit, que nous allons même nous payer le luxe d'une séance "photos de grossesse" tous les quatre. Ben oui, même si on ne le verra pas, il sera là le bougre, nez coincé dans le nombril qui dépasse et pieds et mains écartés dans une pirouette improbable ! Et que si vous êtes sages, vous en verrez peut-être des photos, sur le site du photographe, cela dépendra.

 

Sur ce, je vous laisse, je vais tâcher de détendre la partie de mon corps qui se prend pour Alien le 9e passager.



27/09/2013
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 13 autres membres