Science, mensonges et boîtes d'allumettes

Là où l'absurde rencontre l'ab-science de sens

Et j'ai eu des problèmes...

J'ai essayé la cire froide.
Aucun poil n'a été blessé ni maltraité pendant l'opération, ce qu'on ne peut pas affirmer pour ma peau en revanche, qui s'est retrouvée cirée et verte poisseuse.
J'ai pourtant suivi les instructions à la lettre, c'est peut-être ça qui a merdé d'ailleurs, allez savoir pour en finir à laver, frotter, gratter ma peau avec un gant puis la brosse à ongles, rincer, sécher - au moins la serviette de toilette a récupéré pas mal de cire elle - puis à passer du lait hydratant sur ma peau pour virer cette cire de m...!!!
Résultat, une peau rougie, douce mais pas épilée, donc pas grâce à la cire mais grâce au lait hydratant qui a eu un effet gommant sur la cire, ce que n'avait pas réussi à faire le gel gommant que j'avais essayé juste avant >_<
Conclusion : mes mollets et mes chevilles sont toujours poilues - mais comme il pleut encore un peu, ce n'est pas grave, je ne vais pas les mettre à l'air encore aujourd'hui- et j'ai un stock de bandelettes de cire froide que je n'utiliserai pas mais que je suis prête à donner/envoyer gracieusement à qui voudra, sans contrepartie d'aucune sorte...


PS.: si toutefois, l'une ou l'un (sait-on jamais?) d'entre vous avait un tuyau pour que je l'utilise correctement, je suis aussi prenante parce que ça me paraissait une bonne alternative à l'épilateur, à la pince à épiler et au centre de beauté...

27/04/2009
1 Poster un commentaire

Cillit Bang et Cie

C'est toujours très drôle de regarder les pubs pour ces produits-là, qui sont très efficaces sur des sols absolument dégueulasses, tâchés, gras, etc. On nous vante en effet leurs mérites au quotidien en les testant sur des sols que même moi je n'arriverais pas à tâcher de la sorte, et ceux qui me connaissent savent que je ne suis pas une fée du logis...

En réalité, le plus drôle c'est d'entendre la femme dire « moi je suis très à cheval sur la propreté et je veux une maison parfaite, sans microbes etc.» et voir l'état de sa cuvette de chiottes ou de sa baignoire! Je n'ose pas imaginer ce que ce serait si elle n'était pas accro au ménage...

Finalement, la vraie question à se poser ici, le vrai problème scientifique (puisque nous sommes dans l'espace « science, mensonges et boîtes d'allumettes ») est de savoir comment ils ont réussi à rendre des cuvettes et des baignoires aussi sales... Allez, jouons le jeu, oublions que de toute façon toutes les images sont modifiées par ordinateur, que ce soit du côté propre ou du côté sombre...

Lequel de ces publicitaires a songé à mettre du cambouis dans la cuvette des toilettes pour la rendre immonde à ce point? Lequel de ces publicitaires a imaginé qu'une baignoire servait avant tout à laver les animaux domestiques, voire les animaux de la ferme, pour laisser de tels résidus au quotidien?

Vous avez d'autres idées à proposer sur la façon dont ces sols et ces cuvettes ont été salies spécialement pour le spot publicitaire? Lâchez-vous!


PS.: je me réserve malgré tout le droit de supprimer les commentaires déplacés.


07/04/2009
3 Poster un commentaire

Chauffe-pyjama sans fil

Quand je rentre chez moi le soir (très tard le soir, au beau milieu de la nuit en fait), après une journée ou une soirée de travail épuisantes, je suis sûre de trouver non seulement un lit chaud et confortable mais également un pyjama chauffé tout exprès pour moi. C'est un luxe dont je suis tout à fait consciente et je suis prête à vous faire partager la technologie qui me permet de passer des nuits si douces.
J'ai en effet à la maison un chauffe-pyjama d'une incroyable efficacité.
Il ne s'agit pas d'une ballote bouillote, ni du radiateur soufflant de la salle de bain, et encore moins d'un banal radiateur électrique. Non, il s'agit, mesdames et messieurs, d'une technique révolutionnaire et, j'ose le dire, dont les avantages sont multiples et non-négligeables et qui vont bien au-delà d'un simple chauffe-pyjama bas de gamme.
Non content de réchauffer mon pyjama en un temps record, il ne s'encrasse pas, il ne rouille pas et il ne consomme aucune électrité pour accomplir la tâche qui lui est réservée avant mon retour. Il s'auto-entretient, s'auto-régule pour donner à mon pyjama la température idéale pour me faire passer la meilleure nuit possible et il possède d'autres fonctions que je vais vous citer tout de suite:
- il peut réchauffer le lit EN MEME TEMPS que le pyjama
- il peut réchauffer et câliner Thibault
- il peut me réchauffer et me câliner également
Mais il peut aussi, lorsque l'envie lui prend:
- me préparer un cheese-cake onctueux ou une soupe Phô
- passer l'aspirateur ou faire la vaisselle
- passer la tondeuse ou sortir les poubelles
- changer les couches ou préparer le biberon
Et même, même si je lui demandais, il serait tout à fait capable d'accomplir tout ce qui vient d'être cité dans une même journée!!! Qu'il achèverait évidement en réchauffant mon pyjama...
En bref, je vous donne le tuyau mais pas l'homme, trouvez-vous en un qui soit aussi bien que le mien et vos nuit seront aussi belles que vos journées.

P.S.: bénis soient les concepteurs de mon chauffe-pyjama sans fil.

05/04/2009
2 Poster un commentaire

Exploration sous-narine

Vous connaissez le syndrome du nez-bouché-mais-qui-coule ? Cette sensation désagréable qui vous laisse à penser que votre nez va dégouli-nez à l’improviste et devant témoins, provoquant chez vous le non-moins répugnant « snirfl » réflexe dont vous espérez qu’il vous sauvera d’un écoulement nasal disgracieux alors qu’en réalité il n’y a pas plus bouché que votre nez ; d’ailleurs c’est simple, vous arrivez à peine à respirer ?

Je suis donc au regret de vous dire qu’à l’heure actuelle, je n’ai trouvé aucune solution efficace pour déboucher ce nez-qui-coule-mais-en-fait-pas-du-tout, et j’ai pourtant essayé moult méthodes.

Méthode n°1 : le mouchage systématique qui, à part recueillir un grand bruit à vous faire mal aux oreilles et se faire retourner tous les passagers de votre bus toutes les trois minutes, ne laisse même pas entrevoir l’ombre d’une once de morve sur votre mouchoir.

Méthode n°2 : le « snirfl » réflexe-à-répétition-percussion ; à répétition parce qu’enclenché en mode raffale et à percussion parce que résultant en un mal de crâne et de sinus épouvantable.

Méthode n°3 : le curetage en règle de la/des narine/s incriminée/s pour tenter d’évacuer manuellement et en silence trois gouttes de morve qui se battent en duel au bout d’un doigt vengeur et d’un ongle frustré par l’infime quantité recueillie.

Bref, hélas, ma grand-mère en perd ses chaussettes, je n’ai aucun remède à ce symptôme qui vient me titiller régulièrement l’hiver, entre deux rhumes et trois tasses de thé.

 

PS. : j’offre un lot de mouchoirs brodés aux initiales du blog au génie qui me soumettra une solution efficace à ce problème récurrent.

20/03/2009
1 Poster un commentaire

Mystères capillaires

Vous avez déjà remarqué, vous femmes coquettes, que la tenue naturelle de votre coiffure dépendait de la fréquence à laquelle vous vous faisiez regonfler le casque ?

Qui en effet n’a pas constaté avec dépit - voire même avec effroi – qu’au bout de trois lavages il devenait impossible de reproduire à l’identique la coiffure magnifique qui avait fait de vous une autre femme sous les doigts de fée et les brosses magiques de votre coiffeur préféré ?

Et lorsqu’au bout de deux semaines, même si votre époux n’y voit que du feu (il avait déjà à peine remarqué le changement initial) vous vous sentez désemparée devant ce miroir, la mine déconfite et le cheveu rebelle, votre brosse et votre sèche-cheveux vous apparaissant alors sous leur vrai jour - celui d’instruments de torture sophistiqués -  vous vous projetez déjà au rendez-vous capillaire suivant en vous jurant de bien observer tous les gestes du magicien qui vous avait rendue si belle ?

C’est la raison pour laquelle j’ai décidé de n’aller chez le coiffeur que tous les six mois pour l’échéance la plus courte et que, habituée à une coiffure que je peux maîtriser sans avoir l’air toutefois d’un épouvantail, je peux rester jusqu’à 5 ans ( !) sans consulter de génie capillaire et réaliser par la même occasion des économies considérables.


20/03/2009
0 Poster un commentaire

Est-ce que les hormones hibernent? (1)

C'est à la suite d'une étude poussée (mais pas trop non plus pour éviter les incidents fâcheux) menée par le Pr Seccancaraf qu'un dossier très sérieux est paru sur la disparition des hormones féminines en période hivernale.

D'après un sondage effectué par l'agence Sonnépartout, cette situation toucherait 8.73% des femmes entre 27 ans 1/2 et 49 ans 1/4 et aurait une influence sur l'affect de près de 400 000 personnes en France et sur la vie de milliers de couples entre la Toussaint et la Saint-Valentin, voire le début du printemps tels que les désignent nos calendriers occidentaux.

L'éminent Pr Seccancaraf, diplômé de l'Université de Touchemoi, a donc décidé d'en savoir plus et de chercher, au gré de témoignages de maris frustrés et de femmes désemparées de la cause sexuelle, des réponses à ce phénomène étrange qui ne serait pas - et c'est une grande première - dû à des enlèvements aliens.

Ainsi donc, on peut en effet se demander pourquoi, à l'époque où les frimas de l'hiver et des températures propices aux séjours prolongés sous la couette, une recrudescence de baisse de tension sexuelle met en péril un régime social de retraites bien ancré dans les moeurs et des pratiques qui n'ont rien à envier au fameux Kama-Sutra?

(Suite aux prochaines poussées hormonales)

18/03/2009
0 Poster un commentaire


Recommander ce blog | Contact | Signaler un contenu | RSS | Espace de gestion