Les ptits culs blancs

Comment ça, encore un billet déluré? Mais pas du tout!
D'abord parce que ce n'est pas mon genre... Enfin, je peux toujours le faire croire aux lecteurs qui ne me connaissent pas bien, mais pas aux autres.
Bref, je ne vais donc pas parler ici et ce soir de choses grivoises mais de petits lapins. Et oui, des tout petits lapinous qui agitent leurs derrières devant mes phares lorsque je reviens de ma séance de chant du lundi soir.
Incroyable le nombre de lapins qui se croient tout permis, sous prétexte que nous sommes à la campagne, qu'il fait nuit noire sous des étoiles scintillantes et que les chasseurs ronflent bruyamment - puisque les lapins les entendent et sortent sans complexe.
Et en plus, je suis obligée de ralentir, voire même freiner pour les éviter! Non mais c'est quand même un monde! Nous nous sommes installés à la campagne pour être peinards, profiter de la nature et quel est le résultat? J'en suis réduite à céder le passage à des lapins noctambules...
Quelle idée aussi de bavasser pendant 2 heures après le chant, au lieu de rentrer pour se coucher avec les poules - non pas dans le lit, c'est une façon de parler voyons! Vous m'imaginez avec des poules perchées sur le bois du lit? Qui caquèteraient au lever du jour et me pondraient des œufs sur la figure? Pour un peu que j'aie de la fièvre, je pourrais manger des œufs au plat avant de sortir du lit!!! Non, vraiment, vous racontez n'importe quoi!
Allez, je vous l'avoue, c'est trop mignon de voir ces charmantes peluches vivantes remuer leur popotin pour se mettre à l'abri.  Il y en a à chaque fois que je rentre le lundi soir, sur mon raccourci entre mon chez moi et l'école de loulou, puisqu'il se trouve que c'est aussi la route que j'emprunte pour aller chanter.
J'aime la campagne et ses petits culs blancs!


18/11/2009
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 13 autres membres