Education, ça rime avec "trop bons"

Parce qu'il faut que l'information circule, parce qu'il faut arrêter de taper sur les profs et tâcher de les soutenir à la place, parce que moi aussi j'ai été enseignante,  voici une pétition que je tiens à faire suivre et publier. Voici le mail que j'ai reçu ce matin:

"Les droits de l'homme valent-ils aussi…

pour les professeurs ???

   Cher collègue,

  Vous avez sans doute lu dans le journal Le Monde du dimanche 22 novembre 2009 l'histoire atroce de notre collègue Claudine Lespagnol, professeur d'anglais au Lycée Jean-Lurçat dans le 13ème arrondissement de Paris.

Claudine a demandé à ses élèves d'arrêter de téléphoner et d'envoyer des SMS en classe. Elle n'a pas confisqué de téléphone puisque, comme vous le savez, c'est interdit.

Résultat immédiat, ses élèves ont signé - à la quasi-unanimité de la classe - une lettre au proviseur dans laquelle ils lui « conseillent vivement d'opérer un changement de prof ».

Certains élèves ont également écrit à Claudine pour lui demander d'arrêter immédiatement de leur faire des remarques au sujet de leur téléphone portable :

« Si ce n'est pas le cas et qu'il n'y a aucun effort de changement de votre part, nous n'avons plus que quelques mots à vous dire : allez vous faire enc… »…

De plus, pour la « punir », ils lui ont volé la clé USB sur laquelle elle a ses cours.

Vous et moi devons réagir immédiatement.

Ces agressions ignobles envers notre collègue seraient normalement passibles de poursuites pénales, pour vol et injures, peut-être même pour menaces, si elle était un citoyen normal.

Mais seulement voilà : Claudine n'est qu'un simple professeur de l'Éducation nationale.

Dans son cas, les Droits de l'homme semblent ne pas s'appliquer !!

En effet, elle n'a reçu que très peu de soutien de la hiérarchie.

Elle aura dû attendre un mois pour qu'enfin l'inspecteur d'académie se déplace. Et encore : il s'est contenté pour le moment d'un simple rappel à l'ordre, sous le faux prétexte que « les punitions collectives » sont interdites par le règlement !!!

Pourtant, c'est bien les uns après les autres que les élèves ont signé cette pétition et se sont engagés pour demander la tête de leur professeur…

Et ils vont peut-être obtenir gain de cause : de sources syndicales, il est question de remplacer Claudine par un autre professeur au nom de la « continuité du service public » !!!

Le proviseur, d'abord en arrêt maladie, lui aurait finalement apporté son soutien.

La seule solidarité qu'elle a reçue pour l'instant est celle de ses collègues, qui ont débrayé depuis jeudi 19 novembre.

JUSQU'À QUAND LES PROFESSEURS VONT-ILS CONTINUER À SE LAISSER MENACER ET HUMILIER ?

Ne sommes-nous que des moins que rien ?

Des citoyens sans aucun droit, et que des devoirs ?

N'y aura-t-il personne pour faire la moindre remarque à nos élèves, pour qu'ils arrêtent de nous cracher dessus, et parfois pire encore ?

C'est pourquoi je vous demande de signer la pétition au ministre de l'Éducation nationale Luc Chatel, en solidarité avec notre collègue Claudine Lespagnol.

Ce qui se passe là est d'une gravité sans précédent. Notre collègue doit recevoir notre soutien, il y va de notre dignité.

Personnellement, si après avoir demandé à mes élèves d'arrêter de jouer avec leur portable en classe, je recevais de leur part un tissu d'insultes aussi violentes, et que la hiérarchie leur donnait raison, je me sentirais humilié, sali, déshonoré, jusqu'au plus profond de moi-même.

Heureusement, il semble que Claudine soit d'une force morale exceptionnelle, et qu'elle tienne le choc jusqu'à présent.

Mais ce n'est pas une raison pour la laisser toute seule. C'est pourquoi signer cette pétition de solidarité avec elle est si important. Et j'espère que vous la transmettrez immédiatement à tous les collègues !!

Les élèves le savent : circulaire après circulaire, toute la réglementation que le ministère de l'Éducation Nationale a savamment écrite jour après jour, est là pour défendre « l'enfant roi »  contre la « tyrannie » de l'enseignant, pour que le professeur n'abuse pas de sa supériorité d'adulte …

Il faut bien reconnaître que nous-mêmes, nous ne savons parfois plus ce que nous avons le droit de faire. Chaque fois que l'on réprimande un élève, on se demande toujours si on en a bien le droit.

D'ailleurs, les élèves sont les premiers à vous le faire remarquer : « M'sieur, vous avez pas le droit de faire ça ». Ils vous expliquent ce qui est interdit. Avisez-vous de leur demander de se taire, certains osent vous rétorquer qu'on est en démocratie et que tout le monde a le droit de s'exprimer !

Et n'oubliez pas que de votre côté ce n'est pas la même chose. Si un élève vous menace, il faut qu'il vous menace deux fois avant que vous ne puissiez faire quelque chose. Les avertissements ? Depuis trois ans, il est interdit de les faire figurer sur le bulletin scolaire.

Ça rime à quoi ?

Aujourd'hui, on a ruiné l'autorité des professeurs parce que l'on a considéré que l'autorité c'est l'application d'une procédure.

Le résultat est tout simplement CATASTROPHIQUE, et ce sont les élèves eux-mêmes qui en sont les victimes également.

Car si nous ne pouvons plus faire cours, que vont-ils apprendre ? Comment peuvent-ils préparer leur avenir ???

Notre devoir d'éducateurs est de mettre fin à cette situation ubuesque. Mais pour l'heure, il y a vraiment le feu à la maison et je vous demande de signer la pétition.

Je vous tiendrai évidemment au courant des résultats et des suites que nous donnerons à cette action, avec tous les membres de l'association SOS Éducation.

Et surtout, faites passer à tous les COLLEGUES !!!

Un grand merci,

 

David Barbaud

Professeur certifié d'histoire-géographie

Gisors, le 24 novembre 2009

 

Pour toute demande d'information au sujet de cet appel et de la garantie de confidentialité, merci de vous adresser à SOS Education,  contact@soseducation.com - www.soseducation.com, association sans but lucratif déclarée selon la Loi de 1901  - Siret : 441 199 627 00031 - Déclaration CNIL : n°871 850 - Informations légales - 120, boulevard Raspail, 75006 Paris - Téléphone : 01 45 81 22 67 - Fax : 01 45 89 67 17"


Cela peut paraître dérisoire si l'on considère nombre d'autres situations mondiales inacceptables, mais à ce train-là, l'école ne servira plus à rien.


24/11/2009
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 13 autres membres