Je me souviens (2)

Je me souviens de la maison à Leigné-Les-Bois, lointain souvenir.
L'arbre au milieu de la cour, grandes branches étendues sous lesquelles papa garait la voiture et autour duquel il faisait demi-tour.
Je me souviens du puit dont l'eau nous arrivait en amorçant la pompe à bras en fonte, au-dessus du bac en ciment.
Je me souviens des granges à côté de la maison et des greniers dans lesquels on montait grâce à une vieille échelle en bois.
De la maison au final, j'ai assez peu de souvenirs curieusement, je me rappelle davantage les près autour avec les moutons et le lavoir qui se trouve à l'entrée de la commune, un peu plus loin.

Je me souviens aussi de la maison à Aillé, de la voiturette sans permis dans laquelle je montais à côté de ma grand-mère, la maman de papa, et qui nous emmenait au centre de Dissay, chez le boucher ou le traiteur, dans un bruit de pétrolette qui semblait avancer à grand-peine.
Je me souviens de la toilette dans la bassine, dans la cuisine, à côté de l'évier, l'eau chauffée sur le poële à bois, celui dont chaque rondelle de fonte était imbriquée dans une plus grande et qui permettait à ma grand-mère de monter ou baisser la chaleur sous la casserole, selon qu'elle les laissait ou les ôtait.
Je me souviens du lit une place dans la grande pièce, qui faisait office de séjour et de salle à manger, qui me paraissait toujours très sombre, et des parties de belote avec mes parents sur la table de la cuisine.
Je me souviens de l'escalier en pierre qui menait aux chambres à l'étage, dont le parquet grinçait atrocement, m'empêchant de me lever la nuit discrètement si jamais j'avais eu l'idée de faire des bêtises.
Je me rappelle du grand noyer dans la cour, sous l'ombre duquel il ne fallait pas rester car elle était trop fraîche, et des tambouilles d'eau, de pommes et de noix pour faire semblant de cuisiner.
Des milliers de souvenirs accompagnent cette maison, sa cour et son potager, dans lequel ma grand-mère cueillait les haricots assise sur une chaise aux pieds coupés pour être à la bonne hauteur sans se fatiguer.
Bien sûr, j'y ai passé moins de temps que ma cousine qui habitait la maison à côté, mais pour autant, je n'ai rien oublié, rien oublié des moments importants.


22/06/2009
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 17 autres membres