C comme cascadeur

Ça nous change de chameau au moins, mais ça ne rassure pas pour autant... Encore que.
Deux de mes plus grandes peurs de maman ont eu lieu la semaine dernière, et je peux dire sans me tromper que ce n'était pas la bonne semaine pour loulou, mais au moins, elle est terminée.
Dans la série péripéties du bambin-qu'on-adore-même-s'il-nous-rend-chèvre, nous avons donc eu un florilège de ce qui se fait de mieux en matière de chutes et un aperçu d'apprenti fugueur. Autant vous dire que je ne me suis pas ennuyée, mais par contre, j'ai eu tout le loisir de m'inquiéter.
Lundi matin donc, il restait un peu de fièvre de la veille, donc pas d'école pour mon petit cœur, du chouchoutage intensif, et la même chose le mardi. Une petite rhinopharyngite, rien de grave.
Mercredi soir, monsieur décide de porter un doudou par main pour grimper les escaliers au lieu de les caler dans une seule main comme il fait d'habitude et de se tenir à la rampe. Résultat : roulé boulé sans heurtage de tête presque jusqu'en bas -il aurait au moins pu faire les trois marches qui restaient! Plus de peur que de mal, pas de perte de connaissance, pas de vomissements... Moi je n'étais même pas là vu que j'avais country. Imaginez ma tête quand mon époux m'a annoncé la nouvelle à mon retour...
Jeudi matin, exercices de motricité à l'école, alors je devais être tellement éberluée que je n'ai pas pensé à demander des détails mais qu'importe, à ce que j'ai compris, il a basculé en arrière sur un petit banc et s'est retrouvé par terre. Bref, là aussi, des pleurs mais pas beaucoup de mal. J'ai quand même appelé le toubib jeudi dans l'après-midi pour savoir quels signes surveiller si jamais il devait avoir des séquelles ou des dommages invisibles "physiquement", parce que deux chutes en moins de 24 heures, ça inquièterait n'importe qui.
Mon docteur m'a donc préconisé de le réveiller au beau milieu de la nuit et de le faire marcher pour vérifier ses réflexes. Sauf que... peu après l'avoir couché jeudi soir, nous avons entendu le bambin chouiner dans sa chambre et à la vérification, il s'était levé pour remettre la chouette musicale en se coinçant entre-temps la jambe gauche entre les barreaux de la barrière de sécurité de son lit. Là forcément, on l'a fait marcher pour voir, et... il boîtait!
Nul besoin de dire que j'ai renoncé à le lever pendant la nuit, il en avait assez eu pour les dernières 24 heures...
Vendredi, rien à signaler - enfin si, un entretien d'embauche pour moi mais nous en parlerons plus tard -, samedi, trajet vers Rouen et alentours pour une fête d'anniversaire et mariage et c'est le lendemain que tout se corse.
Nous avions donc dormi comme des souches - épuisés par le trajet, le repas et les danses plus l'absence de sieste pour loulou et le rhume latent - et étions en train de nous préparer pour rejoindre le reste de la famille lorsqu'une des tantes nous demande "mais il est où Thibault?".
Moi 'Comment ça il est où Thibault? Je l'ai laissé avec ses grands-parents...' qui ne l'ont pas surveillé, enfin disons que si, sauf qu'il est revenu nous voir entre-temps puis reparti, et moi je pensais qu'il était reparti voir son papy et sa mamie. Et eux le croyaient encore avec nous >_<
Donc j'essaie de ne pas m'affoler, mais je m'affole quand même. Son grand-père ne l'ayant pas trouvé dans la grande salle - que l'on ne pouvait rejoindre qu'en faisant un tour par l'extérieur 300 mètres plus loin - et sa grand-mère se dirigeant direct vers la route et la Seine, mais argggggggg! Je commence à paniquer et me dis que, connaissant les hommes en général et mon époux en particulier, mon beau-père n'avait peut-être pas bien regardé vers la salle de réception. Oui, je sais, ce n'est pas glorieux, mais c'est comme ça.
En tous cas, grand bien m'en a pris puisque ma belle-soeur venait à notre rencontre pour  nous dire que loulou s'y trouvait bien, en train de jouer! Alors colère et soulagement mêlés, je suis allée retrouver mon bambin - à qui j'avais pourtant demandé de nous attendre quelques minutes plus tôt avant d'aller jouer avec les poissons - et lui expliquer qu'il ne fallait pas s'éloigner patati patata. Je vous épargne le reste, je pense qu'il a compris, il a vu que j'étais bouleversée.
Tout ceci pour dire que deux de mes grandes frayeurs de maman ayant eu lieu en moins d'une semaine, je peux me détendre et envisager l'avenir avec sérénité.
Enfin, sauf si mon fils tient de son père, qui avait l'habitude de faire de grands tours de vélo loin de la maison sans prévenir personne. Sauf que loulou, s'il me fait le coup une fois, aura droit à la fessée parce que maintenant que je lui ai expliqué, il n'a pas intérêt à me refaire la même!!!


26/10/2009
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 13 autres membres