Orgasme gustatif

Parce que plaisir des yeux et de l'estomac, ça ne reflète pas suffisamment l'expérience vécue ce soir autour du tepaniaki du Taï Shogun à Nantes - voilà, vous avez le nom de mon resto préféré, vous ne pourrez plus prétendre ne pas savoir et ne pas m'y emmener...
Ce soir donc, nous sommes allés finir de fêter mon anniversaire avec mon époux - oui, toujours le même, je l'ai gardé, il le vaut bien - dans notre restaurant japonais favori et pour changer, nous avons délaissé le kaiten pour déguster une cuisine préparée sous nos yeux - hormis les sashimis - et délicieuse à souhait.
Cela faisait longtemps que nous n'avions pas vécu pareille séance gustative et nous ne la regrettons pas. Oui, le menu n'est pas à la portée de toutes les bourses, d'ailleurs il l'est rarement dans les restaurants japonais, mais nous aurions regretté de ne pas le prendre.
Nous avons donc commencé par un cocktail sans alcool - dont je ne vous donnerai pas la composition car je l'ai oubliée - avec un petit amuse-bouche très gouteux à base de magret de canard et de roquette. Ensuite, une assiette de sashimis est venue ravir nos palais, suivie par une salade composée d'algues noires japonaises, d'algues bretonnes et d'une salade "standard" avec une petite sauce au sésame; ce petit goût fumé inimitable, délicat et onctueux...
Ensuite, nous avons dégusté une assiette de thon et de saumon mi-cuit, préparés devant nous, fondants à souhait, de quoi se liquéfier de plaisir dans l'instant, puis une assiette de légumes grillés - nous avions un assortiment de trois sauces, une pour les poissons, une pour les légumes et une pour le boeuf - qui comprenait du poivron rouge, de l'aubergine, de la courgette, de la patate douce et du champignon (ah, son nom m'échappe, c'est affreux-sement bon aussi).
Est ensuite passé sur le grill un magnifique filet de boeuf, tout aussi fondant, flambé au cognac et accompagné de pousses de soja grillés elles aussi. La sauce en était superflue, tandis que le gros sel et les chips d'ail lui donnaient une dernière pointe fumée à se pâmer.
J'en étais presque émue de plaisir en voyant le cuisinier préparer la viande, tant nous avions déjà pris de plaisir avec les plats précédants. Avec le boeuf et les pousses de soja, nous avions pour terminer du riz nature et une soupe miso.
Il en fut presque difficile d'avaler les boules de glaces de sésame et thé vert qui achevèrent le repas sur la note parfumée qui a accompagné tout du long le périple indécent de nos papilles.
En bref, si vous habitez Nantes ou sa région - ce n'est pas mon style de faire de la pub commerciale pourtant - et que vous aimez la cuisine japonaise, allez-y!
Je n'avais pas ressenti autant de plaisir à déguster chaque plat depuis fort longtemps, lorsque j'avais découvert Coeur et Crème à Pornic.


12/09/2009
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 13 autres membres