Insom-a-niaque

Incroyable cet état d'esprit, cette manie de refuser d'aller se coucher avant minuit, une heure, voire plus. Quand bien même j'ai passé deux semaines à l'usine, à rentrer épuisée physiquement chaque soir et après un dimanche après-midi de country effrénée à un bal voisin, me voilà incapable d'éteindre cet ordinateur.
D'autant plus incapable que j'en avais été privée pendant plus d'une semaine. Si si!
Oui, il s'agit de l'ordinateur portable; l'autre ne m'avait pas lâchement abandonné suite à des attaques efficaces de vers ou virus que je n'ai pu identifier.
Et ce n'est pas en restant accroché à cet écran lumineux que cela va s'arranger. Il semblerait - après moult réflexions intenses sur le sujet - que la luminosité de l'écran excite mes neurones plus que le simple visionnage de la télévision et m'empêche de trouver rapidement le repos. Là, en plus, je cumule les deux activités, ça ne va pas m'aider. Un cercle bien vicieux en somme.
D'autant plus vicieux -oui, j'aime bien l'expression d'autant plus, la prochaine fois on en comptera les occurrences, c'est promis- que je sais ne pas avoir besoin de me lever tôt demain, car mon petit loulou, attaqué par une vilaine otite, restera à la maison avec moi jusqu'à mercredi. Je l'aurais bien gardé jusqu'à vendredi mais il y a la fête des parents et ils vont sans doute répéter toute la semaine poème et/ou chansons, et je m'en voudrais de gâcher son plaisir (et le nôtre!) en l'empêchant de se préparer convenablement à ce grand évènement.
Allez, on dit que je regarde cet épisode d'une série dont j'ai oublié le nom et je vais me coucher. Vous me souhaitez bonne nuit et un loulou qui dorme jusqu'à 10 heures? XD


07/06/2010
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 13 autres membres